Ama - une

Ama – Poésie aquatique

To my tiniest daughter…

Ama - intro
Julie Gautier

La pluie tombe comme autant de larmes sur une jeune femme en robe noire. Nous plongeons dans ses yeux alors que nous plongeons dans son âme noyée par le chagrin. La femme est allongée au fond de l’eau. Elle se lève lentement et commence à danser. Ses mouvements sont gracieux, mais ses pieds sont lourds sur le fond. Malgré que la gravité révèle le poids sur ses épaules. La musique devient plus rapide, la danseuse monte plus vite, se libère de la gravité jusqu’à ce qu’elle s’envole. Elle tombe aussi épuisée par ce combat contre elle-même avant de finalement remonter à la surface. Son visage brille, elle libère une bulle d’air, la douleur a disparu, la vie peut reprendre sa place.

« Ama est un film sans parole qui raconte une histoire que chacun peut interpréter à sa manière, selon son propre vécu, tout est suggéré, rien n’est imposé. » Voilà la description que fait Julie Gautier de son sublime court-métrage. Film qu’elle dédie à sa fillette.

Poésie

Ama - poésieMalgré qu’il n’y ait aucun mot dans ce film, Ama est une œuvre poétique. Le mouvement lent créé par l’eau et la grâce de la danseuse est hypnotique, magique. « J’ai voulu mettre dans ce film ma plus grande douleur en ce monde. Pour qu’elle ne soit pas trop crue je l’ai enrobée de grâce. Pour qu’elle ne soit pas trop lourde je l’ai plongée dans l’eau. »

Est-ce un film de femme, pour les femmes? Non. En tant qu’homme, j’ai été profondément touché par la beauté de ce film. Oui, il y a une lourdeur, un sentiment d’écrasement. Mais il y a aussi une grande libération. Une poésie visuelle créée par les mouvements et les reflets lumineux.

Chorégraphie et musique

Ama - chorégraphie et musiqueJe ne peux parler de Ama sans mentionner deux éléments importants : la chorégraphie et la musique.

Julie Gautier donne de la grâce aux mouvements et au personnage. Mais c’est la chorégraphie d’Ophélie Longuet qui donne toute cette émotion que Gautier transmet. L’un et l’autre sont liés. Un duo parfait…

Et il y a la musique d’Ezio Bosso. La magnifique Rain in your black eyes est rien de moins qu’ensorceleuse. Une pièce fine qui accompagne à la perfection les mouvements de la danseuse et de l’eau. Chaque note semble avoir été écrite en fonction des bulles et des ondes créées par les gestes de Julie Gautier.

Mais encore…

Ama est un mot japonais qui signifie « Femme de la mer ». D’ailleurs, au Japon, être « Ama » est métier bien connu dans la culture populaire japonaise qui consiste à plonger dans la mer pour y récolter des fruits de mer. En 2010, il y avait encore plus de 2000 femmes qui exerçaient ce métier. Le titre du film est, selon moi, très bien choisi. On me dirait que cette femme est une sirène que je le croirais.

Ama - Mais encoreLe film est tourné dans la piscine Y40, la piscine la plus profonde au monde. Et en regardant le film on ne peut faire autrement que d’être impressionné par les capacités de cette femme lorsqu’elle est sous l’eau. Rester couché au fond de la piscine comme elle le fait est, pour moi, impossible à faire. Rester aussi longtemps sous l’eau sans respirer (certains plans sont très longs) semble tout aussi incroyable.

Je vous invite donc à plonger (désolé pour le jeu de mot) dans cette poésie visuelle et auditive qu’est Ama.

Note : 9.5/10

Voici le film

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *