Petit Spirou et ses copains

Le Petit Spirou – Bon voyage

« Alors voilà pourquoi je vais profiter des grands espaces, avant de finir ma vie dans une boîte. »

Le petit Spirou - affichePetit Spirou (Sacha Pinault), comme toute sa famille avant lui, a un destin professionnel tout tracé. Quand sa mère (Natacha Régnier) lui annonce qu’il intégrera dès la rentrée prochaine l’école des grooms, Petit Spirou, avec l’aide de ses copains, va profiter de ses derniers jours de classe pour déclarer sa flamme à Suzette (Lila Poulet-Berenfeld). Et pas n’importe comment. Ils décident de vivre une aventure extraordinaire.

Présenté en ouverture du Festival International du Film pour Enfants de Montréal (FIFEM) le 25 février, Le Petit Spirou de Nicolas Bary – qui avait notamment réalisé Au bonheur des ogres en 2013 – s’inspire des célèbres bédés de Tome & Janry. À la base, Le Petit Spirou, c’est 17 albums disponibles en 12 langues.

Mais qu’est-ce qu’un groom?

Le petit Spirou - l'école des grooms
Petit Spirou et sa famille à l’école des grooms

Certains d’entre vous, à la lecture du résumé, se demandent peut-être ce qu’est un groom. Comme le signalait le réalisateur, dans les bédés, on n’explique jamais pourquoi Spirou porte un uniforme rouge et son petit chapeau. Un « groom », aussi connu sous le nom de chasseur, est un employé souvent attaché à un hôtel ou un restaurant. Dans la famille de Spirou, ils travaillent dans les hôtels de génération en génération.

Pour sa part, Nicolas Bary a choisi de l’expliquer dans son adaptation. Son choix était en fait artistique puisqu’il contribue à situer l’époque à laquelle l’histoire se déroule : « Pour l’adaptation, nous devions confronter cela à l’époque du récit : soit on le faisait à la Grand Budapest Hotel, donc un peu rétro, ou alors on se plaçait dans une logique plus moderne qui colle en plus à l’environnement général du personnage depuis ses origines. Pour éviter le côté nostalgique ou suranné, je suis plutôt parti sur une approche intemporelle des choses. Il y a donc une famille de grooms qui cohabite avec une société contemporaine, en tâchant de faire les choses pour que le spectateur ne trouve pas cela bizarre! »

Évidemment, c’est un peu surprenant que d’apprendre que le jeune garçon quittera l’école « normale » pour celle des grooms, mais ce n’est pas particulièrement dérangeant puisque les autres personnages ne semblent pas trouver cela étrange. Cela représente une voie à suivre parmi d’autres.

Le goût du voyage

Le petit Spirou - Petit Spirou et la voyante
Petit Spirou et la voyante (Armelle)

Dans Le Petit Spirou, le garçon remet en question son « destin ». Doit-il vraiment devenir groom? La voyante qu’il rencontre en secret lui parle de voyages et d’aventures. Cela lui plaît bien plus que d’être enfermé dans une cage d’ascenseur, où il fait des crises de panique.

Mais tous les personnages n’ont pas la même vision du métier de groom. Selon Grand Papy (Pierre Richard), c’est la meilleure façon de voyager : « Mais groom, c’est vachement mieux. C’est les autres qui voyagent pour toi. Les clients de l’hôtel dans l’ascenseur, ils te racontent leurs voyages. T’as tous les avantages, sans les inconvénients. Le dépaysement, sans le risque. Sans compter que ça ne te coûte pas un rond. »

Le petit Spirou - voyage
Petit Spirou (Sacha Pinault)

Petit Spirou rêve pourtant de grands espaces et de contrées exotiques. Il veut découvrir le monde et le faire en compagnie de la jeune et jolie Suzette. Il organise donc, avec l’aide de ses fidèles amis, son « tour du monde ».

Comment un gamin peut-il promettre un tour du monde à sa jeune dulcinée? À vélo, qui plus est? Rien de plus simple… il suffit d’une bonne dose d’imagination.

L’imaginaire propre à l’enfance

Le petit Spirou - Petit Spirou et Suzette
Petit Spirou et Suzette

C’est l’imaginaire propre à l’enfance qui rend ce film amusant et magique. On n’a pas besoin de grand-chose si l’on se permet de rêver. Un peu de peinture sur un mur, une musique d’ambiance et une bonne dose d’aveuglement volontaire suffisent à organiser le plus grand des voyages.

Et si les mauvais garçons de l’école – on est dans un film pour enfants, le monde est forcément manichéen – te poursuivent en vélo, cela devient aussi dramatique et sérieux qu’une course poursuite comme on en voit à la télé. Dans le fond, l’univers des enfants est semblable à celui des adultes. Les plus jeunes sont simplement plus intenses parce que, dans leur imagination, tout est permis.

En ce sens, le réalisateur souhaitait également atteindre un public plus adulte qui se questionnerait sur leurs rêves de jeunesse, souvent mis de côté en grandissant. Pendant l’écriture du scénario, Nicolas Bary a été rattrapé par ce « monde de l’enfance » : « Très vite, j’y ai vu la possibilité de sortir de la simple accumulation de gags ou de scénettes. À 35 ans, ayant moi-même compris pas mal de choses sur ma propre enfance, j’ai eu l’envie d’évoquer cet apprentissage à travers l’histoire du film… »

Grandes personnes (trop) stéréotypées

Les personnages adultes sont tous très stéréotypés. Mais il faut dire qu’ils le sont aussi dans les bédés. Par contre, dans un univers qui se veut réaliste, est-ce que ce genre de professeurs (si je ne pense qu’à eux pour le moment) peuvent passer?

Le petit Spirou - M. Mégot, Mlle Chiffre et Grand Papy
M. Mégot, Mlle Chiffre et Grand Papy

Monsieur Mégot (François Damiens), le prof de gym, boit de la bière, fume sa cigarette électronique et se fait bronzer artificiellement pendant les cours. Mademoiselle Chiffre (Gwendolyn Gourvenec), la prof de maths, est particulièrement sexy et porte toujours des décolletés plongeants. Monsieur Mégot et Grand Papy sont littéralement sous son charme, de même que tous les petits garçons qui aiment « miraculeusement » les cours de mathématiques.

Le petit Spirou - abbé Langélusse
André Baptiste (Aaron Denis) et l’abbé Langélusse

Quant à l’abbé Langélusse (Philippe Katerine), le prof de chant choral, il est adepte de musique rock-métal et cite constamment des musiciens et chanteurs célèbres.

Un point intéressant tout de même : Monsieur Mégot finit par se livrer à Spirou et lui parle de ses rêves anciens. Ces aveux encouragent Spirou à suivre sa voie.

Dans les faits, aucune école ne pourrait employer de tels personnages. Mais je ne pense pas qu’un public enfant s’en offusque. Personnellement, je me demande si l’image de femme-objet (Mademoiselle Chiffre s’en rapproche dangereusement) est appropriée, d’autant plus pour un jeune public. C’est un aspect qui me dérange…

Mais encore…

Le petit Spirou - Sacha Pinault

Malgré tout, le film passe bien et c’est en très grande partie grâce à Sacha Pinault. Ce jeune garçon a une telle intensité dans son regard. Et le plus surprenant, c’est qu’il n’était pas acteur. L’équipe du film l’a repéré alors qu’il était à Lyon avec ses parents. On lui a proposé de passer une audition et il a été choisi. Il a dû travailler fort, mais il a, de toute évidence, un talent inné pour le jeu.

Le Petit Spirou questionne le destin (pour ceux qui croient en ce concept), et invite indirectement les jeunes spectateurs à réaliser leurs rêves ou les plus vieux à y revenir…

Note : 6,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *