Une vie – Trahisons et désespoir

La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit.
Extrait d’Une vie de Guy de Maupassant

Une vie - afficheNormandie, 1819. À peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds (Judith Chemla), jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare (Swann Arlaud). Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler.

Une vie de Stéphane Brizé est basé sur le roman du même nom de Guy de Maupassant. Le film a remporté en décembre dernier le Prix Louis-Delluc qui récompense le meilleur film français sorti durant l’année. Judith Chemla est en lice pour le César de la Meilleure actrice alors que Madeline Fontaine est nommée dans la catégorie Meilleurs costumes – la cérémonie des César se tiendra le 24 février prochain.

Rêves brisés

Jeanne est pleine d’espoir, rêve d’une belle vie, d’une union forte, comme celle de ses parents si telle est la vérité. Mais la vie diffère souvent des rêves. « Jeanne entre dans la vie dite “adulte” sans avoir fait le deuil du paradis de l’enfance, ce moment de la vie où tout semble parfait. Ce moment où les adultes sont ceux qui savent, ceux qui disent qu’il ne faut pas mentir et qui donc, on le pense, ne mentent pas. Moment de la vie où l’on voit les choses sans arrière-plan. L’âge avançant, cet idéal se nuance, en allant parfois jusqu’au désenchantement », disait Stéphane Brizé.

Jeanne dans Une vie
Jeanne (Judith Chemla)

Le mensonge sera ainsi au cœur de ses relations. Et l’Église et sa famille l’encourageront à pardonner les trahisons. Après la première relation extraconjugale de son mari, le curé lui dira ainsi que « le salut de l’homme est dans le pardon ». Elle tentera alors de croire en celui qui l’a trahi. Mais c’est encore un homme de Dieu qui lui forcera la main pour que la vérité éclate, une fois encore contre sa volonté.

Ses amies, sa mère, à sa manière, et son fils, Paul, lui créeront à leur tour leur lot de tourments. Sa vie en sera une de l’attente, de l’espoir déçu.

L’histoire d’une vie

Le film se déroule sur 27 ans. On voit donc les personnages vieillir, se transformer, évoluer, pour le pire bien souvent. Mais le tout n’est pas montré de façon chronologique, du moins, pas complètement. Le réalisateur joue avec le temps, promène le spectateur d’une époque à une autre, sans pour autant le perdre. Tout n’est peut-être pas d’abord très clair, mais cela le devient au fur à mesure que l’histoire avance.

Jeanne marche avec son père, dans Une vie.
Jeanne et son père (Jean-Pierre Darroussin)

Le réalisateur expliquait le choix de cette déconstruction : « Flashforward, flashback, flashback dans le flashback, ces allers retours dans le temps n’existent pas dans le roman […]. Le présent est éclairé par le passé et réciproquement. Tout s’enchevêtre dans l’esprit de Jeanne et l’effet d’empilement, construit sur des ellipses très brutales, traduit le temps qui passe. On passe d’une époque à une autre comme l’esprit passe d’un souvenir à un autre. À chaque instant l’esprit mêle le présent et le passé, l’existence n’est finalement pas une suite si chronologique de faits. »

L’actrice principale joue bien, et montre par tout son corps meurtri, par le travail et l’angoisse, le passage du temps. Le réalisateur a d’ailleurs choisi de tourner son film en format presque carré pour rendre compte de l’enfermement de Jeanne, et avec une caméra à l’épaule, pour montrer la pulsation de vie intérieure de la femme. Et ça fonctionne.

Une vie ou l’attente des jours meilleurs…

Note : 7/10

1 réflexion sur “Une vie – Trahisons et désespoir”

  1. Il y a plusieurs type de trahison mais comment accepter le faite que la personne que j aimais et qui voulait avoir un enfant avec moi c est barre aps ois de grosses pour se retrouver a baiser avec un autre qui plus est etait un connard qui lui tournait autour et dont je prevenait ma cherie qui me disait que c etait juste un amis .droit dans les yeux et m engeulait quand je piquais des crises de « jalousie » alors que je ne le suis pas du tout !!! L amour de ma vie c est envolee avec mon plus grand reves ( celui d avoir un enfant)fait d amour le petit doit naitre dans une semaine et cela fait depuis 6 moi qu elle se fait baisser par ce batard, jusqu a present j ai rien fais mais je suis au bord de massacree le gars( et cela va etre fait) mais comment se dire que cela c est passee et se dire c est pour mon bien alors qu elle m as regarder dans les yeux et me chantait les plus belle parole  » t es l homme de ma vie  » bla bla bla .. et mtn elle me traite comme un inconnu, fffff je suis effondrer alors que je ne suis pas une petite nature !! a part la vengeance, je ne vois rien d autre qui puisse me soulager ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième