Maudite poutine – Une grave erreur

Maudite poutine afficheAprès s’être fait prendre à voler de la marijuana par des membres du crime organisé, Vincent (Jean-Simon Leduc), un jeune homme de 27 ans, sera forcé de reprendre contact avec son frère Michel (Martin Dubreuil), avec qui il avait coupé les ponts depuis plusieurs années. Témoin de la déchéance de son frère jusqu’à son suicide, Vincent devra se battre pour conserver un fragile équilibre dans un univers rural où règne l’insidieuse violence du quotidien.

Présenté en première mondiale et en compétition officielle dans la section Orizzonti (Horizons) lors de la 73e édition de la prestigieuse Mostra de Venise, Maudite poutine, de Karl Lemieux, est une œuvre à part. Ce premier long-métrage repousse les frontières en art, musique et image.

Connu pour ses courts-métrages expérimentaux, dont Passage, Grand Prix du Jury Prends ça court! en 2008, le cinéaste Karl Lemieux signe avec Maudite poutine un long-métrage misant sur l’expérience formelle et sensorielle, laissant une grande part à la musique. Tourné en noir et blanc, sur pellicule 16 mm, avec une superbe musique composée par David Bryant, Thierry Amar (tous deux du groupe Godspeed you! Black Emperor) et Kevin Doria, le film de Karl Lemieux (aussi de Godspeed…) nous met dans une ambiance incroyable.

Maudite poutine - scène
Michel, dans les bois derrière sa maison

Tourné à Kingsey Falls, avec une caméra à l’épaule, Maudite poutine crée une sensation physique subtile qui s’articule à travers le rythme des images, du son et du montage. L’idéologie du réalisateur est simple : « Ce qui peut, techniquement, être considéré comme une erreur peut aussi être la clef pour des explorations nouvelles du langage. J’ai voulu, en ce sens, travailler avec des images sous-exposées, surexposées, floues ou à contre-jour. En tournant en 16 mm, je voulais également faire en sorte que le grain du film soit gros au point de nous faire perdre certains détails de l’image. »

C’est avec une technique exemplaire que le réalisateur dépeint la violence rurale telle qu’elle apparait dans certaines régions. Il s’agit de cette violence parfois créée en raison du fait que les milieux ruraux sont moins peuplés, plus petits. Mais parfois aussi dû à l’ennui. Les gens peuvent faire toutes sortes de choses pour passer le temps.

Maudite poutine - scène
Vincent et Ian

De plus, les options pour gagner sa vie, en région, sont assez limitées. Alors pour les gens qui veulent vivre autrement, il y a peu d’options il y a donc des gens qui vont se tourner vers les petits crimes, ou vers le crime organisé, juste histoire de faire une passe à un moment donné. Dans Maudite poutine, c’est ce « moment donné » qui tourne au cauchemar pour Vincent et ses deux comparses.

Karl Lemieux démontre avec talent qu’un film expérimental, tourné en noir et blanc, peut être divertissant et accessible.

Il est à noter que la sortie du film proposera également une expérience bonifiée aux spectateurs sur mauditepoutine.com, une extension de l’exploration sensorielle que propose le film.

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième