Top 5 (et plus) cinéma 2016

Le 19 décembre 2016

L’année 2016 est sur le point de tirer sa révérence. Cette année encore, j’ai eu le bonheur de voir d’excellents films. Évidemment, ma liste est incomplète et je n’ai pas eu le plaisir de voir l’ensemble des excellents films sortis en 2016.

Voici donc mon top 5 de l’année… avec quelques extras. Je n’arrivais pas à trancher entre les fictions et les documentaires. Je vous offre donc, en bonus, un top 3 documentaires.

Le Petit Prince de Mark Osborne

Affiche du film d'animation Le Petit PrinceC’est l’histoire d’une histoire. C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes. C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi. C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Parmi mes choix de cette année figure un film d’animation. Il est rare de voir des animations qui sortent des sentiers battus. Mais l’adaptation du célèbre Petit Prince de Saint-Exupéry est simplement magnifique. Le mélange d’animation classique et de stop motion est très séduisant.   

The Lobster de Yórgos Lánthimos

Affiche The LobsterDans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme sœur. Passé ce délai, elle sera transformée en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants : les Solitaires.

Si notre monde ressemblait à ça, l’espèce humaine disparaît rapidement. C’est un film insolite, amusant, déroutant. 45 jours, c’est court pour trouver l’âme soeur. Certains la cherchent toute leur vie et ne la trouvent pas.

Mustang de Deniz Gamze Ergüven

Affiche du film MustangC’est le début de l’été. Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

Liberté, indépendance, rage de vivre. Les cinq sœurs veulent être maîtresse de leur destin. Elles veulent s’amuser, découvrir et avoir le loisir de refuser ce qu’on leur impose. Malheureusement, les droits et le statut de la femme dans une Turquie très conservatrice ne valent pas grand-chose.

Juste la fin du monde de Xavier Dolan

Affiche de Juste la fin du mondeAprès douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancœurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

Le nouveau film de Dolan a fait jaser. Certains ont aimé, d’autres ont détesté. Pour ma part, il m’a beaucoup plu. Sa façon de filmer les visages, d’aller y chercher l’émotion, est géniale. L’atmosphère orageuse et la tension sont à leur comble.

The Vessel de Julio Quintana

Affiche de The VesselDix ans après qu’un raz de marée a détruit l’école élémentaire d’une petite ville tuant tous les élèves présents à l’intérieur, un jeune homme construit une mystérieuse structure à partir de débris de l’école subsistant. Ce faisant il réveille des passions depuis longtemps oubliées qui embrasent toute la ville.

Si on m’avait dit que ce film figurerait parmi mon top 5, je n’y aurais pas cru. J’étais très septique avant de le voir. Je n’aime pas les films de propagande religieuse et celui-ci me semblait faire la promotion de la religion catholique. Mais ça va au-delà des croyances. Comment se remettre d’une terrible tragédie? C’est une question de foi. En un Dieu peut-être, ou simplement en l’avenir. Il faut croire aux miracles.

Et du côté des documentaires…

Trois documentaires environnementaux me semblent incontournables : En quête de sens de Nathanaël Coste et Marc de La Ménardière, Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent et Before the Flood de Fisher Stevens.

Affiches de En quête de sens, Demain et Before de Flood, top 5 d'AnnieTout le monde devrait voir ces trois documentaires afin de prendre conscience de l’état de notre planète, de se conscientiser. Différents types de réflexions y sont présentées, liées à un mieux-être individuel et collectif. Qu’est-ce qui est le plus important pour nous : un portefeuille bien garni ou un avenir pour les générations futures? Et des solutions écologiques ne signifient pas non plus une économie faible et déficiente, mais l’économie doit être repensée, dirigée vers de nouvelles ressources. Plutôt que le pétrole et le charbon, optons pour les énergies solaire et éolienne. Plutôt qu’une alimentation industrielle pleine d’OGM et de pesticides de toutes sortes, optons pour une agriculture plus locale et représentative des besoins des citoyens. Et si le vélo et les transports en commun devenaient vraiment les moyens de transport privilégiés. Les exemples et les solutions sont nombreux, encore faut-il les connaître et vouloir les mettre en place.

Parce que les changements climatiques ne sont pas un mythe, parce qu’il devient de plus en plus urgent de nous tourner vers des énergies vertes et renouvelables, En quête de sens, Demain et Before the Flood sont des messages d’espoir.

Affiche de Être et devenirJ’ajouterais aussi une mention spéciale à Être et devenir de Clara Bellar. Ce documentaire s’intéresse à l’éducation des enfants, mais à une éducation différente, plus libre et adaptée à l’enfant. Un bon film qui ébranle certaines convictions.

Quels ont été vos films marquants de 2016?

Je vous souhaite un beau temps des Fêtes, et une nouvelle année riche en découvertes cinématographiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le 19 décembre 2016

© 2021 Le petit septième