La dernière leçon – Partir debout

Affiche du film La dernière leçon de Pascale PouzadouxMadeleine (Marthe Villalonga), 92 ans, décide de fixer la date et les conditions de sa disparition. En l’annonçant à ses enfants et petits-enfants, elle veut les préparer aussi doucement que possible, à sa future absence. Mais pour eux, c’est le choc, et les conflits s’enflamment. Diane (Sandrine Bonnaire), sa fille, en respectant son choix, partagera dans l’humour et la complicité ces derniers moments.

La dernière leçon, réalisée par Pascale Pouzadoux, est une adaptation libre du livre éponyme de Noëlle Châtelet. L’auteure a longtemps refusé que son histoire soit portée à l’écran. Après une dizaine d’années, elle a accepté que Pouzadoux l’adapte et « elle souhaitait la présence du rire dans cette histoire, elle voulait absolument dédramatiser la mort », confiait la réalisatrice.

Pouzadoux a touché davantage à la comédie, mais ce projet lui tenait à cœur. Elle ne voulait pas que la mort obscurcisse tout : « Quand elle [la mort] devient imminente, un sentiment de survie et de dernier souffle extrêmement puissant s’installe à l’intérieur du corps et on se dit : “carpe diem”. Ma référence était Les Invasions barbares [du réalisateur québécois Denys Arcand], un film dramatique mais tout le temps drôle. »

Noëlle Châtelet a aussi collaboré au projet. Elle a dû apprendre à se détacher de son histoire personnelle pour laisser vivre le film, ce qui n’a pas toujours été facile. En parallèle au film, elle a tenu un journal, où elle racontait son expérience avec plus de détachement, de même que sa collaboration. Le tout a récemment été publié : Suite à La dernière leçon (Seuil, 2015). Elle expliquait aussi en entrevue : « La famille que met en scène Pascale [Pouzadoux] est donc très loin de la mienne mais l’esprit du livre est là, dans la justesse de ce couple mère-fille, la manière dont la mère prend sa fille par la main pour lui donner la dernière leçon qui lui manquait, celle de la défusion. »

Ce qui est souligné dans ce film, c’est l’importance de vivre de bons moments avant le départ de l’autre parce que vivre avec des regrets, ça empoisonne l’existence. Mais le sentiment de culpabilité face à l’acceptation de la mort d’un être cher est aussi une terrible pilule à passer. Diane en fera de nombreux cauchemars. Elle ne veut pas perdre sa mère, mais elle finit aussi par comprendre l’épuisement de celle-ci.

Madeleine et Pierre discutent, dans La dernière leçon.On sent bien la tendresse et la complicité qui unissent cette mère et sa fille. Cette relation tranchera d’autant plus avec celle entre la mère et son fils Pierre (Antoine Duléry), qui refuse d’accepter la décision de Madeleine et qui la confronte. On nous montre aussi la relation entre cette grand-mère et ses petits-enfants, qui devront aussi apprendre à vivre un deuil, apprendre à accepter la perte.

La nonagénaire n’est pas dépressive. Elle a eu une belle vie et veut la finir sur une bonne note. On nous présente plusieurs flash-backs, où la vie est à l’honneur. On voit une Madeleine heureuse et comblée, dans la trentaine, qui joue avec ses deux jeunes enfants.

La mère de Châtelet était sage-femme, tout comme l’est le personnage de Madeleine. Et dans ce métier, on est pleinement conscient du rapport à la vie et à la mort, ce qui ajoute du poids à la décision de Madeleine. Le personnage de l’aide-ménagère, Victoria (Sabine Pakora), une jeune Africaine qui travaille pour Madeleine, est d’une grande vitalité et aide la dame âgée à vivre plus sereinement avec sa décision. Il faut dire que dans sa culture, le rapport à la mort n’est pas le même. Les morts ne les quittent pas, ils continuent de vivre dans tout ce qui entoure les vivants…

Madeleine souhaite ainsi mourir maintenant, pendant qu’elle a la force de le faire, pendant qu’elle est encore vivante et somme toute heureuse. Elle n’est pas malade, mais son corps est usé. Ce film permet d’ouvrir ou de rouvrir un débat social tout à fait intéressant, celui de mourir dans la dignité. Il est évident qu’il faut poser des balises, mais le débat devrait avoir lieu ici aussi.

Malgré le sujet plutôt grave, La dernière leçon est un film plein de lumière et de petites joies. Mais l’émotion reste très présente.

Note : 8,5/10

Entrevue avec Marthe Villalonga et Pascale Pouzadoux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième