L’Olivier – Émancipation

Une jeune femme cherche à s’émanciper de son cadre familial étouffant en allant se faire tatouer, sans se douter de l’expérience qu’elle vivra.

Présenté par l’Inis et diffusé sur Tou.TV, L’Olivier montre le besoin que peuvent avoir les adolescents à s’émanciper de leurs parents. Ici, la jeune femme se présente dans un salon de tatouage sans vraiment être certaine de savoir ce qu’elle y fait.

Son désir de dévier de la pression familiale est plus fort que sa raison. Elle n’a pas la permission de se faire tatouer, elle n’est pas vraiment certaine de vouloir le faire et elle ne sait pas où elle aimerait avoir son dessin. On peut facilement imaginer qu’elle regrettera son geste dans quelques années. N’allez pas croire que je suis contre le fait de se faire tatouer. Au contraire… J’ai moi-même deux tatouages. Mais je crois aussi qu’avant de se faire tatouer, il faut être certain de l’image qu’on choisit et de l’endroit où on le fait mettre.

Je me questionne, d’autre part, sur la logique de l’artiste. Le tatoueur sait que l’adolescente n’a pas la permission de ses parents (ce qui est obligatoire légalement), mais il accepte tout de même de faire le dessin. Quand on voit la boutique dans laquelle il travaille, je doute qu’il aurait accepté de tatouer une mineure qui n’avait pas la permission de ses parents (ce qui devient donc illégal). Mais bon.

Ivy Yukiko Ishihara OldfordL’œuvre de Ivy Yukiko Ishihara Oldford est tout de même intéressante. L’idée de l’émancipation des jeunes envers leurs parents sera toujours un thème actuel et il est fort à parier que ce film sera encore tout à fait d’actualité dans 10 ans.

Ivy Yukiko Ishihara Oldford, née d’une mère japonaise et d’un père canadien, a grandi à Toronto. Après avoir obtenu un baccalauréat en cinéma, elle a travaillé à l’ONF et au Canadian Film Centre. Ivy s’est installée à Montréal après avoir été traductrice et rédactrice à Tokyo. Son travail laisse transparaitre un intérêt pour la manière dont nous communiquons, avec le regard, le corps.

L’Olivier montre bien ce qu’un jeune qui se sent étouffé par ses parents peut faire afin de se libérer.

Note : 7/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième