Room – Au-delà des murs

Affiche du film RoomUne femme (Brie Larson) est kidnappée dans son adolescence et gardée en captivité pendant des années dans une toute petite pièce. Elle y vit avec son fils Jack (Jacob Tremblay), qui a maintenant 5 ans.

Room est adapté du best-seller éponyme d’Emma Donoghue. Dans cette coproduction Irlande-Canada, le réalisateur irlandais Lenny Abrahamson nous fait vivre avec intensité le lien fort qui unit une mère et son fils, dans l’adversité.

La jeune femme est séquestrée depuis 7 ans dans un cabanon, sans fenêtre, à l’exception d’un puits de lumière sur le toit. La pièce unique, surnommée « Room », mesure ainsi 10 pieds par 10 pieds, et comporte, disons, l’essentiel : toilette, baignoire, évier, cuisinette (de base), lit, table et chaises. Malgré les efforts de Ma (c’est ainsi que son fils l’appelle) pour rendre le tout agréable, la pièce reste lugubre et insalubre.

Au début du film, Ma et Jack célèbre l’anniversaire du garçon. Maintenant âgé de 5 ans, n’ayant connu que la vie dans la chambre, il ne semble pas particulièrement malheureux. Sa mère lui a construit un monde qu’il trouve satisfaisant. La télévision lui renvoie des images d’un monde qu’il croit fictif puisque tout ce qui s’y trouve ne renvoie à rien de ce qu’il connaît. Il sait ce que sont les arbres parce qu’il en voit à l’écran, mais il n’en a jamais vus en vrai. Le seul être humain qu’il côtoie est sa mère et lorsque le ravisseur, Old Nick, vient la visiter, il est couché à l’abri dans le placard.

Jack debout sur une chaise dans RoomÀ 5 ans, Ma considère qu’il est maintenant assez vieux pour connaître la vérité sur le monde. Elle souhaite qu’il connaisse autre chose que cette (absence de) vie, et élabore un plan pour qu’il puisse s’enfuir. Mais le choc entre le monde de la chambre et le monde réel ne peut qu’être terrible.

À quelques reprises, Jack narre le monde au fur et à mesure qu’il le découvre, avec un regard tout à fait unique. Un regard neuf et naïf, non pas comme celui d’un bébé qui découvre petit à petit, mais bien comme un garçon de son âge, avec toutes les connaissances acquises jusqu’alors. Ma s’était assurée qu’il ait des connaissances et qu’il soit autant que possible en bonne forme physique et mentale, malgré les lourdes contraintes qui pèsent sur eux pendant la captivité.

La relation mère-enfant est particulièrement touchante. Il faut dire que les acteurs sont formidables. Jacob Tremblay offre une performance magnifique et très convaincante. Chapeau! Brie Larson est aussi fantastique. On pense beaucoup à l’enfant et à ses difficultés d’adaptation, mais il ne faut pas oublier la femme qui se retrouve après toutes ses années à devoir réapprendre à vivre, avec tous ses démons… Et Larson joue ici avec brio.

Room est un film touchant et dur, teinté malgré tout d’une certaine forme de magie de par la vision du monde de Jack.

Note : 8,5/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième