Affiche de Remember d'Atom EgoyanZev (Christopher Plummer), qui est maintenant âgé de 90 ans, découvre que le garde nazi responsable du meurtre de sa famille, il y a quelques 70 ans, vit désormais en Amérique sous une fausse identité. Malgré les difficultés qui se dressent devant lui et les années passées, il entreprendra la mission de faire enfin régner la justice. Suivra une aventure incroyable à travers le continent dont l’issue aura des conséquences pour lui et son ami Max (Martin Landau).

Pour son 16e film, Atom Egoyan nous offre un thriller dans lequel un homme de 90 ans décide de finalement venger sa famille, après plus de 70 ans d’attente. Il est intéressant de voir un film dont l’histoire est basée sur la Seconde Guerre mondiale, mais sans que celle-ci devienne un point central de l’histoire. En fait, elle est plutôt un prétexte. D’ailleurs, il n’y a aucune séquence de « flashback » dans Remember. Pour moi, cela donne plus d’intérêt et d’originalité au film. Je déteste ces longs plans expliquant, en images, le passé d’un personnage. S’il est nécessaire de montrer ce qui peut être dit, c’est que soit ton scénario est trop faible, soit que ton acteur n’est pas assez bon. Ce qui est loin d’être le cas ici.

Christopher Plummer offre une superbe performance. Il réussit à jouer le vieil homme souffrant de démence sans aucun cliché. Il rend son personnage touchant, sans tomber dans le mélodramatique. Évidemment, lorsque le scénario appuie bien le talent de l’acteur, comme ici, ça ne nuit pas.

Bien que certaines incohérences se glissent dans le film – un hommeZev (Plummer) dasn Remember de 90 ans souffrant de démence ne serait probablement pas en mesure de faire un voyage en train et en bus à travers l’Amérique du Nord –, la qualité de l’intrigue nous permet tout de même d’apprécier l’œuvre. Surtout que ce n’est pas tous les jours qu’un réalisateur met en scène un film avec des personnages de 90 ans. Ce qui est certainement une belle occasion pour un acteur un peu plus âgé.

L’idée de Remember vient, en partie, du projet Operation Last Chance lancé par Simon Wiesenthal en 2002. Ce projet a pour but de trouver et d’amener en justice les derniers dirigeants nazis avant qu’ils ne meurent impunis. C’est donc ce vieil homme, survivant de l’Holocost, qui décide de quitter le confort de sa résidence de retraité pour trouver le soldat nazi ayant tué sa famille et celle de son ami Max.

J’ai trouvé intéressants le montage et la façon dont travaille Zev, malgré ses pertes de mémoire. Sans entrer dans les détails – pour préserver ceux qui ne l’ont pas vu – ça rappelle vaguement Memento de Christopher Nolan.

Mais qu’en est-il de la justice? Évidemment, les ex-Nazis devraient payer pour leurs crimes. Mais n’est-ce pas là le travail des autorités? Un homme, n’ayant plus rien à perdre (il a tout de même 90 ans), devrait-il utiliser ses dernières forces afin de se faire justice lui-même? Voici quelques questions que le long métrage d’Egoyan soulève. Personnellement, bien que je n’approuve pas, je peux comprendre.

Remember est un thriller dans lequel un des moments les plus noirs de notre Histoire se heurte à une histoire contemporaine où la possibilité d’une vengeance arrive à échéance.

Note : 8/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *