Affiche de Hot Girls WantedElles ont 18 ou 19 ans, et elles rêvent de gloire et d’argent facile. L’industrie du porno les attire dans ses filets avec de fausses promesses et les utilise le temps de quelques scènes X.

En commençant le documentaire Hot Girls Wanted de Jill Bauer et Ronna Gradus, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Surtout que je ne suis pas un grand partisan de documentaires et que celui-ci était produit par Netflix. Mais j’ai rapidement compris que ce film avait été réalisé à la suite d’une recherche efficace et bien documentée.

Ce que j’ai trouvé le plus marquant dans Hot Girls Wanted, c’est l’espèce de naïveté que semblent dégager toutes les filles. Surtout lorsqu’on regarde le gars qui les engage pour faire les shows. Disons que ça se voit tout de suite qu’il n’est pas un génie. En tout cas, il n’a certainement pas fait de longues études. En plus, il dit sans trop de honte que si la fille a une carrière qui dure plus de 3 à 6 mois, c’est qu’elle a vraiment de la chance. Et que, dans le meilleur des cas, elle pourra en vivre pendant 1 an.

Une autre chose qui m’a frappé, c’est de voir à quel point ce n’est plus gênant de faire de la porno. Les filles ne s’en cachent pas, et le gars, lui, se promène avec une casquette sur laquelle est écrit « porn » en grosses lettres. D’ailleurs, la narratrice explique même que de faire de la porno c’est devenu « mainstream » et que ça ne gêne plus personne en Floride de l’inscrire sur son CV.

J’imagine que cette façon de voir la chose vient en partie de toutesJeune femme naïve ces vedettes qui font des sextapes et qui se prennent en photos à poil. Une des filles dit à propos du fait de s’exhiber sur le net qu’elle le ferait de toute façon, alors aussi bien être payé pour le faire. Mais je ne sais pas si elle pense toujours la même chose après avoir dû faire des « forced blowjob » par manque de travail. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, il s’agit de simuler un genre de viol oral. La fille se fait carrément défoncer la gorge par un gars qui abuse de sa bouche. C’est aussi appelé « facial abuse ». C’est très violent comme acte et, souvent, ça se termine après que le gars ait éjaculé dans la bouche de la fille et que celle-ci en vomisse. Oui, c’est très excitant… semble-t-il.

Il y a, par contre, un détail qui me dérange. On suit, avec caméra, une des filles dans sa famille au moment où elle va annoncer à sa mère ce qu’elle fait dans la vie. Sa mère ne semble même pas se demander pourquoi sa fille se fait suivre par une caméraman. Même chose avec son père qui ne sait pas qu’elle joue dans des films pornos et qui ne semble aucunement se demander pourquoi quelqu’un réalise un film sur sa fille. Je comprends que ce sont des Texans, mais sont-ils si stupides au Texas??? Anyway

À l’ère des réseaux sociaux, ces jeunes femmes sont en quête d’attention et rêvent de devenir riches et célèbres. Pour y arriver, le moyen qui leur semble le plus simple est de faire de la porno.

Note : 8/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *