Un homme idéal – Usurpation

Affiche d'Un homme idéalMathieu (Pierre Niney), 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant dans une société de déménagement… Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de mourir. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom… Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

Dans Un homme idéal, le réalisateur, Yann Gozlan, aborde un thème fondamental : « L’identité est un thème qui me passionne depuis toujours, il est universel et particulièrement romanesque. Quel abîme y a-t-il entre ce que l’on est et ce qu’on aspire à être? Qu’est-on prêt à accomplir pour se réaliser? Quel en est le prix à payer? » Le protagoniste de son film apprendra à ses dépens les réponses à ces questions.

Le rapport à l’identité et à l’art avait particulièrement touché Pierre Niney, qui se demandait si on a vraiment « besoin de traverser des épreuves aussi difficiles [que celles de son personnage] pour avoir quelque chose à dire? Qu’est-ce qui permet de créer? » Après avoir été récompensé d’un César pour son jeu dans Yves Saint-Laurent, Niney offre ici une performance convaincante. Il avait été charmé par ce personnage passionné de littérature, profondément déterminé à réussir à être publié, malgré un manque de talent ou, du moins, un talent qui n’était pas à point.

La grande majorité du film est tourné dans une immense villa au bord de la mer, presque à huis clos. Dans plusieurs plans, on voit Mathieu traverser les longs corridors, qui apparaissent tantôt comme des alliés (lui permettant de cacher ses crimes) tantôt comme un labyrinthe dans lequel il semble pris au piège. « Tout se construit autour de cet endroit isolé d’une beauté à couper le souffle. Il y a là quelque chose de théâtral qui me plaît. L’effet de contraste entre la magnificence du lieu et la violence de ce qui s’y déroule est très fort », expliquait d’ailleurs l’acteur principal.

Pierre Niney et Ana Girardot dans Un homme idéalL’angoisse d’être découvert, percé à jour, terrorise Mathieu. Mais ce qu’il craint par-dessus tout, c’est de perdre Alice (Ana Girardot), la femme qu’il aime. Cette femme qui l’a d’abord aimé pour ses talents de romancier. Il devient paranoïaque et le spectateur assiste à certains de ses fantasmes d’horreur, ne sachant plus par moments si on est dans la réalité ou emporté par l’imagination du jeune homme.

La musique de Cyrille Aufort est très présente et sert bien le film. Elle ajoute une atmosphère d’étrangeté et appuie l’angoisse de Mathieu.

Un homme idéal est un très bon thriller, qui a réussi à me surprendre. Et vous, avez-vous de vils secrets?

Note : 7,5/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième