Foxcatcher

Foxcatcher – Sous les feux de la rampe

FoxcatcherLe dernier long métrage de Bennett Miller (Capote et Moneyball), Foxcatcher, a remporté au dernier Festival de Cannes le Prix de la meilleure mise en scène. Le film est d’ailleurs bien placé dans la course aux Oscars.

Le réalisateur s’est inspiré de l’histoire vraie d’un milliardaire excentrique, John E. du Pont, et de deux champions de lutte olympique, les frères Schulzt. Lorsqu’il a choisi de relater cette histoire, il n’a pas pris cela à la légère. Il s’est lancé dans une recherche intensive qui a duré plusieurs années : « This is a story with some uncomfortable truths, everyone I spoke with seemed to be guarding some aspect of what happened », confiait Miller.

Frères Schultz
Dave et Mark Schultz médaillés d’or aux Jeux Olympiques de 1984

Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz (Channing Tatum) est invité par le riche héritier John du Pont (Steve Carell) à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des Jeux Olympiques de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave (Mark Ruffalo). Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement (Vanessa Redgrave).

John du Pont a longtemps pâti de la dureté de sa mère et, au milieu des années 1990, souffre de troubles mentaux. Le film se termine mal, mais ce n’est pas là un grand secret puisque le cas a fait grand bruit. Mais le long métrage dépeint très bien l’histoire. Il faut dire que Miller a rencontré différentes personnes en lien avec l’histoire, dont Mark Schultz et la veuve de Dave, Nancy. Ceux-ci ont d’ailleurs assisté au tournage de quelques scènes.

Le film est mené de main de maître. Le réalisateur a travaillé les silences qui ne sont pas ménagés. Et les scènes de lutte ne prennent pas toute la place. Et bien qu’il fasse 134 minutes, il passe très vite. On ressent bien la détresse et le trouble des personnages. Les acteurs sont excellents.

N’étant pas une fan de lutte, j’ai bien apprécié le film. Il faut dire que la lutte olympique n’a pas grand chose à voir avec la lutte de la WWE. Dans le film, les scènes d’entraînement des deux frères, particulièrement les échauffements, s’apparentent à des danses chorégraphiques. Et dans ces scènes, on perçoit bien l’affection de Dave pour son frère cadet.

Foxcatcher est un film poignant où les blessures des personnages sont mises à jour. Il faut dire que la longue documentation du réalisateur et des acteurs a permis de conserver toute la vérité de cette triste histoire.

Note : 8/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième