Je suis à toi – L’amour à quel prix?

* Je suis à toi sort en salle au Québec le vendredi 11 septembre 2015.  Le film a été présenté en octobre 2014, dans le cadre du FNC.

Le deuxième long métrage de David Lambert, Je suis à toi, une coproduction Belgique-Québec, est présenté dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma le jeudi 9 octobre à 19 h et le mercredi 15 octobre à 13 h 20. Récemment présenté à la 49e édition du Festival international du film de Karlovy Vary, Nahuel Pérez Biscayart recevait le Prix du meilleur acteur. Lucas (Nahuel Pérez Biscayart), un escort boy de Buenos Aires, cherche à se sortir de la misère. Henry (Jean-Michel Balthazar), un boulanger belge, répond à l’annonce de Lucas, le fait venir en Belgique et le prend à sa charge. Bien qu’il couche régulièrement avec des hommes pour de l’argent, ce sont les femmes qui lui plaisent. Il tombe rapidement sous le charme d’Audrey (Monia Chokri), vendeuse à la boulangerie d’Henry.

Le réalisateur souhaitait faire un film sur la prostitution qui ne tournait pas autour de l’aspect criminel ou d’une volonté de rédemption. Il confiait qu’il aimait créer des personnages qui ont plusieurs couches comme des oignons, qui témoignent de leur complexité. Il présente son film comme la rencontre entre une misère économique (Lucas) et une misère affective (Henry).

Je suis à toi - scèneHenry cherche désespérément à être aimé. Il espérait que l’arrivée de Lucas changerait sa vie pour le mieux. Mais Lucas n’est pas très affectueux. Il peut même être très blessant, critiquant sévèrement le surplus de poids du boulanger. Ce dernier loge et nourrit Lucas et le fait travailler, pour le moment sans salaire. Le jeune homme est alors complètement dépendant de son bienfaiteur, s’il en est un. L’attitude du jeune Argentin changera progressivement au contact d’Audrey. Il passera d’objet sexuel, de par son statut de prostitué, à un être capable d’affection. Il ne cessera pas pour autant de vendre ses charmes à des hommes, ne connaissant que cette manière de faire de l’argent. Et il veut être en mesure de sortir Audrey, qui est veuve, et de gâter le fils de cette dernière. Lucas n’a pas été habitué au bonheur et c’est pour lui un véritable apprentissage, qui ne sera pas sans heurt. D’ailleurs, les quelques plans sexuellement explicites avec des hommes montrent le manque de plaisir de Lucas, et ceux avec une femme, son malaise puisque des sentiments sont alors impliqués.

La musique est aussi intéressante. Elle montre une fois encore l’écart entre Henry et Lucas. Le jeune homme aime s’isoler en écoutant du punk rock dans ses écouteurs. Quant au boulanger, il danse telle une ballerine sur la chanson « Ah que j’aime les militaires » de l’opéra La Grande duchesse de Gérolstein. Un beau moment!

Je suis à toi aborde la prostitution sous un angle non conventionnel, sans tomber dans la victimisation ou la criminalisation.

Note : 7,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième