Devil's Knot - afficheEn 1993, à West Memphis en Arkansas, trois jeunes garçons d’un petit quartier tranquille sont retrouvés morts dans des circonstances nébuleuses qui rappellent un rituel satanique. Les autorités sont alors déterminées à retrouver les coupables. Leur enquête les mène vers trois adolescents qui sont arrêtés et soumis à procès. Même si la petite communauté semble déjà les avoir condamnés, Ron Lax (Colin Firth), un enquêteur de la région, est persuadé de leur innocence et décide d’enquêter. Il met à jour des éléments non résolus et une enquête bâclée qui laisse croire à l’innocence des suspects.

Devil’s Knot est basé sur les événements qui se sont réellement déroulés à West Memphis en 1993. Rappelons-nous que cette histoire avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque, et ce, jusqu’en 2011, alors que les trois accusés ont finalement été libérés. Pour plus d’informations sur la tragédie, je vous invite à lire l’article suivant. De plus, un album a été fait en 2000 dans le but de sensibiliser les gens et de demander la libération des protagonistes.

C’est Atom Egoyan (qui, contrairement à ce que pense l’ancien ministre de la Culture, M. Moore, n’est pas un duo comique, mais bien un réalisateur canadien) qui a décidé de mettre cette histoire en images. Et en images, il la met. Il ne se gêne pas pour montrer, de façon dure et crue, la façon dont les enfants ont été retrouvés. Ce n’est pas tous les réalisateurs qui osent montrer de façon si détaillée des enfants de huit ans morts.

Mais, au-delà de l’histoire vraie, le film d’Egoyan nous amène à nous poser des questions. Comment se fait-il que des parents en état de choc se retrouvent dans la salle d’audience alors que les policiers montrent des photos de leurs enfants morts, attachés dans une position dégradante et en état de décomposition? Pourquoi les journalistes s’entêtent-ils à mettre ces mêmes parents devant la caméra? Et, comment ce genre d’injustice peut-elle se produire? Ainsi qu’un questionnement sur le système de justice. Comment peut-on laisser la justice devenir un tribunal public dans lequel les accusés sont déclarés coupables avant même que les enquêteurs n’aient trouvé la moindre preuve? On ne parle même pas d’une preuve du crime, mais d’une preuve pouvant laisser supposer qu’un des accusés ait été présent sur les lieux du crime.

Devil’s Knot montre un problème récurrent aux États-Unis, soit la peur des gens qui sont différents. Les jeunes de West Memphis ont été jugés coupables parce qu’ils n’étaient pas comme la majorité. Ça fait peur! D’ailleurs, notre système de justice est basé sur les perceptions…

Quoi qu’il en soit, Devil’s Knot est un film relatant des faits troublants. Peut-être un peu trop mélodramatique à mon goût, mais pour ceux qui ne connaissent pas les faits, il faut voir ce long métrage. Pour les autres, faites comme moi et regardez-le tout de même. Reese Witherspoon y est excellente, dans un rôle dans lequel on ne l’a pas souvent vue.

Note : 7.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *