Saint-Valentin – Au diable les films d’amour!

Le 10 février 2014

La Saint-Valentin est à nos portes. Les cœurs, les chocolats et les nombreuses idées-cadeaux envahissent les magasins. Et on fait partout la promotion de films d’amour. Pour ceux qui en ont marre et qui voudraient changer de registre, voici quelques suggestions de films de rupture ou d’amour tordu particulièrement bien réussis :

Sunset Boulevard (1950) de Billy Wilder : Par pur hasard, Joe Gillis (William Holden), un scénariste sans le sou, se cache sur la propriété de Norma Desmond (Gloria Swanson), grande actrice du muet, qui vit recluse en compagnie de son majordome Max von Meyerling (Erich von Stroheim). Joe s’installe chez elle et accepte de l’aider à préparer son grand retour. Une relation d’amour ambigüe et malsaine se développe.

The Dreamers 

The Dreamers (2003) de Bernardo Bertolucci : Sur fond de révolution, au printemps 1968, à Paris, Matthew (Michael Pitt) fait la rencontre de Theo (Louis Garel) et Isabelle (Eva Green), les enfants jumeaux d’un poète français. Ayant la maison pour eux pendant un mois, ils l’invitent à s’y installer et l’amènent à vivre tous les excès, publics comme privés, qu’un tel climat social peut faire naître.

 

Alexandra’s Project (2003) de Rolf de Heer : Alexandra (Helen Buday) réserve toute une surprise à son mari pour son anniversaire. Steve (Gary Sweet) rentre du travail et trouve la maison vide. Une vidéo de sa femme l’attend, mais son contenu sera pour le moins bouleversant. Une rupture des plus cruelles.

Broken Flowers (2005) de Jim Jarmusch : Après avoir reçu une lettre l’informant qu’il a un fils de 19 ans dont il ignorait l’existence, Don Johnston (Bill Murray) part à la rencontre des quatre femmes de son passé (Sharon Stone, Frances Conroy, Jessica Lange et Tilda Swinton) afin de trouver des réponses.

Antichrist (2009) de Lars von Trier : Après la mort de leur enfant, un couple (Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe) tente de sauver leur mariage. Dépressive, il la soigne. Pour leur bien, ils décident de partir quelques jours dans une cabane dans les bois, mais un passé trouble surgit et montre la nature brutale et sauvage d’un des personnages.

Et si vous souhaitez voir un film au cinéma, plus léger mais qui répond à une problématique semblable, on vous suggère Three Night Stand de Pat Kiely.

Bonne Saint-Valentin malgré tout et bons visionnements!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le 10 février 2014

© 2021 Le petit septième