Llewyn Davis marchant dans la rueInside Llewyn Davis raconte la vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis (Oscar Isaac) est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien. Il doit affronter des obstacles qui semblent insurmontables – à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman – avant de retourner là d’où il vient…

Le tout nouveau film des frères Coen pose une question intéressante : jusqu’où doit-on aller dans la poursuite d’un rêve? Llewyn Davis rêve de gagner sa vie en faisant de la musique. Il est même prêt à vivre aux dépens des autres le temps de percer. Tout au long du film, Llewyn Davis tentera d’attraper un chat, tout comme il tentera d’attraper son rêve.

Pour Inside Llewyn Davis, Joel et Ethan Coen se sont inspirés de la vie de Dave Van Ronk, légendaire figure de la scène folk new-yorkaise, qui a été aussi l’ami et le mentor de Bob Dylan. Un des bons coups des Coen pour ce film est le fait que les chansons du film sont interprétées par les acteurs eux-mêmes. Oscar Isaac, qui incarne avec brio Llewyn Davis, ainsi que Carey Mulligan, Justin Timberlake et John Goodman,  un des acteurs fétiches des frères Coen, nous amènent dans la vie du musicien qui devra faire des choix. Peut-être est-il temps d’oublier son rêve et de retourner dans la marine (emploi qu’il n’a jamais aimé, mais qui permet d’amener du pain sur la table).

Ce long métrage nous offre de belles performances musicales. En sortant, je me suis dirigé vers le disquaire le plus proche. Les chansons sont bonnes et, contrairement à ce qu’on a l’habitude de voir dans les films, elles sont interprétées en entier, fait plutôt inusité dans un film qui n’est pas une comédie musicale. D’ailleurs, la pièce interprétée dans la première scène du film donne le ton. En débutant avec  Hang Me, Oh Hang Me, on sait à quoi s’attendre. Car parfois, au bout du rêve, on ne trouve pas ce à quoi on s’attendait.

Inside Llewyn Davis prendra l’affiche à Montréal le 25 décembre 2013 et dans le reste du Québec, le 10 janvier 2014. Un film qui mérite d’être vu, et encore plus si vous avez connu la misère en essayant de vivre votre rêve.

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *