Amsterdam - afficheAmsterdam (2013) de Stefan Miljevic prendra l’affiche ce vendredi, le 11 octobre. Le réalisateur a co-écrit le scénario avec deux des acteurs principaux du film : Louis Champagne et Gabriel Sabourin. Trois amis de longue date partent pour un voyage de pêche. Du moins, c’est ce qu’ils disent à leur femme. Ils se rendent plutôt à Amsterdam pour quelques jours de débauche où drogues, alcool et femmes sont au programme. Le plan tourne mal quand Sam (Robin Aubert) annonce à ses amis qu’il ne compte pas rentrer à la maison tout de suite. Marco (Louis Champagne) et Jeff (Gabriel Sabourin) feront croire aux trois femmes que Sam est parti en forêt. Simone (Marie-Chantal Perron), la sœur de Sam et l’épouse de Jeff, après avoir alerté la police, supervise les recherches pour le retrouver.

Le synopsis du film a été présenté en 2002. Avant le début de la première montréalaise, le réalisateur confiait que le processus avait été long et que les trois scénaristes avaient écrit plusieurs versions du scénario. D’autres défis attendaient l’équipe au moment du tournage. Ils devaient tourner sur deux continents et sur deux saisons. Les aléas de l’hiver ont fait en sorte que les acteurs ont dû jouer à des températures très froides.

Amsterdam allie comédie et drame. Le début du film, par les folies des trois comparses dans les rues de la vieille ville, donne lieu à des scènes plutôt amusantes. Ils iront aussi explorer le Red Light, ce quartier où les prostituées attendent leurs clients, exhibées dans des vitrines. (Je n’ai pu m’empêcher de penser à la campagne de Stop the Traffik, présentée en 2012.) Mais le drame prendra rapidement le relais, après que la police et des équipes recherchent Sam dans la forêt.

Ce film traite d’amitié. Mais plus particulièrement des mensonges et des secrets qui empoisonnent l’amitié. Au fur et à mesure que l’on découvre les secrets de chacun, on comprend l’ampleur du problème et l’impossibilité que leur relation ne puisse jamais plus être la même. Le suspense deviendra de plus en plus présent et la trahison de plus en plus importante.

Quelques plans sont particulièrement intéressants. Au début, pour faire la transition entre le départ des gars du chalet où ils prennent quelques photos afin que l’on croie à leur voyage de pêche et leur arrivée dans leur chambre d’hôtel à Amsterdam, on voyage avec eux en accéléré par des plans inusités où la caméra est placée sous l’avion, nous montrant les roues de l’appareil au décollage et à l’atterrissage, d’autres où elle est installée au bout d’un bateau qui serpente les canaux de la ville… Aussi, pendant qu’ils festoient, on semble utiliser un grand angle pour donner un effet légèrement arrondi, rendant ainsi l’effet affecté des personnages.

Petit problème de logique peut-être quand Madeleine (Suzanne Clément), après avoir entendu du bruit dans sa maison, plutôt que de tenter de trouver de l’aide, prend un bâton de baseball et demande qui est là tout en descendant à la cave vers la source de ce bruit. C’est peu vraisemblable ou digne d’un film d’horreur où les personnages féminins vont systématique là où il ne faut pas. Une autre petite faiblesse quant à l’enquête policière qui ne semble pas menée de main de maître. Jamais on ne les soupçonne d’avoir quitté le pays. Par ailleurs, le film se termine sur une fin ouverte et on n’obtient pas toutes les réponses, ce qui est très bien. Mais la fin est malgré tout un peu décevante, convenue.

Amsterdam est un bon divertissement où vous ne pourrez réprimer quelques fous rires.

Note : 7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *