The Place Beyond the Pines – Savoir quand s’arrêter

The Place Beyond The Pines - AfficheLuke (Ryan Gosling), cascadeur à moto dans un cirque ambulant, revoit Romina (Eva Mendes), une de ses anciennes flammes. Après leur rencontre, il découvre qu’il est père d’un garçon d’un an. Pour subvenir aux besoins de sa (nouvelle) famille, il décide de cambrioler des banques avec un ami. Lorsque ce dernier l’abandonne, il fait le travail en solo et se fait prendre par la police. Le jeune agent Avery (Bradley Cooper), aussi père d’un garçon d’un an, est le premier arrivé sur les lieux. Un échange de coup de feu façonnera la rencontre. Quinze ans plus tard, les fils de Luke et d’Avery se rencontrent par hasard et développent une amitié malsaine.

Avec The Place Beyond the Pines (Au-delà des pins), Derek Cianfrance prouve qu’il est possible de jumeler action et drame. Le film est divisé en trois séquences. Dans la première partie, nous suivons Luke, tout en découvrant comment il prendra ses nouvelles responsabilités en mains. Dans cette partie, le réalisateur utilise grandement la caméra à l’épaule. Tout va vite. Il y a plusieurs ellipses de temps et quelques scènes de poursuite. D’ailleurs, une de ces scènes se déroule dans une forêt et l’effet est frappant. Le défilement des arbres donne un effet de vitesse folle et donne aussi mal aux yeux. Il y a aussi la poursuite de police, filmée à la première personne, qui est saisissante. Le réalisateur sait très bien utiliser les différentes techniques de caméra pour rendre l’effet désiré.

La deuxième partie raconte comment l’officier Avery vit après avoir été nommé héros pour avoir arrêté Luke. Cianfrance montre bien le sentiment d’imposture ressenti par Avery. Il sait qu’il n’est pas vraiment un héros, mais est incapable de le dire haut et fort. Puis, il découvre la corruption dans les forces de police qu’il croyait pures. C’est intéressant de voir le « après ». Normalement, dans les films d’action on ne voit pas comme le policier peut se sentir après avoir eu à utiliser son arme. Les conséquences ne sont jamais montrées. Mais dans The Place Beyond the Pines, on montre ces conséquences et on développe sur le sujet. Petit avertissement au futur spectateur : ceci n’est pas un gros film d’action, mais plutôt un drame avec de l’action.

Puis, la troisième partie nous projette 15 ans plus tard, alors que les fils de Luke et d’Avery se rencontrent sans savoir qui ils sont. Les deux jeunes hommes solitaires se retrouvent dans une relation d’amitié malsaine qui ne peut que mal se terminer. Cette séquence est aussi une opportunité pour le réalisateur de développer le thème de la recherche du père, d’un modèle. Il y a aussi l’inverse. Le fils de l’ancien policier devenu homme politique veut s’affranchir de sa famille. Une belle façon de mettre les deux en opposition.

The Place Beyond the Pines est ce genre de film difficile à classer. Est-ce un film d’action au penchant dramatique? Ou plutôt un drame donnant droit à de belles scènes d’action? Peu importe, car cette œuvre saura captiver tous les genres de public.

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième