Chef de meute - afficheIl est rare que l’on parle des courts métrages, ceux-ci étant difficiles à trouver. Au début de chaque représentation de Sarah préfère la course (2013) de Chloé Robichaud, le cinéma Belœil a choisi de présenter le dernier court métrage de la jeune réalisatrice : Chef de meute (2012). Ce dernier avait été sélectionné dans la catégorie court métrage notamment à Cannes, au TIFF ainsi qu’au Festival du nouveau cinéma de Montréal.

Ce film de 12 minutes 30 secondes est particulièrement bon. Clara (Ève Duranceau) est célibataire et son frère, Thierry (Jean-Sébastien Courchesne), lui fait ressentir sa solitude. À la mort de leur tante, il l’encourage fortement à prendre le chien de la défunte pour se désennuyer. L’idée ne l’enchante pas au départ, mais elle s’attachera tout de même à la bête. Clara a une vie plutôt morne et elle s’en contente. Elle ira, avec son chien Jacqueline, suivre des cours de dressage… Cette séquence, plutôt cocasse, nous montre la façon de se faire respecter par son chien par l’utilisation d’un « Bah! » bien placé et affirmé.

Le frère est un être, disons, sans tact qui ne pense pas à la portée de ses paroles. Insister sur la solitude d’une personne ne l’aide en rien à se sentir mieux. Les parents de Clara ne sont pas beaucoup plus diplomates en insistant sur le fait qu’elle serait si bien si elle partageait sa vie avec quelqu’un (même avec un chien). Disons qu’elle n’est pas entourée de gens très compréhensifs et alertes à la douleur des autres (il faut dire qu’ils entretiennent bien cette douleur).

Chef de meute aborde le thème de la solitude de manière amusante, sans tomber dans la facilité. C’est Jacqueline (un pug plutôt laid) qui amène une légèreté par sa seule présence qui bouleverse la vie de Clara. Son désir d’être près de sa nouvelle maîtresse est pour le moins déterminé. Le tout reste très réaliste et plausible. Et il faut dire que le jeu des acteurs est bon. D’ailleurs, Ève Duranceau et Jean-Sébastien Courchesne jouent également dans Sarah préfère la course.

Espérons que d’autres cinémas, tout comme celui de Belœil, choisiront de présenter Chef de meute en première partie de Sarah.

Note : 8,5/10

One Comment

  1. Pingback: Féminin / Féminin – Amour entre femmes - Le petit septième

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *