Sushi girl - afficheAujourd’hui, je vous propose une critique différente. En fait, je vous parle de Sushi girl, un film indépendant fait aux États-Unis. Sushi girl raconte la réunion d’un groupe de bandits qui avait tenté de cambrioler un marchand de diamants six ans auparavant. Le larcin n’ayant pas fonctionné, Fish est arrêté alors qu’il se sauvait avec les diamants volés. À sa sortie de prison, il est amené à un souper avec ses anciens compagnons de crime. Duke (Tony Todd), l’organisateur de cette soirée à tout planifié pour retrouver les précieux objets. Enfin, presque tout…

Sushi girl est un film d’une grande violence. Pour atteindre son but, Duke organise une séance de torture envers Fish, dans le but que ce dernier révèle l’emplacement des diamants. Les séances de torture représentent plus de la moitié du film. D’ailleurs, je suggérerais aux cœurs sensibles de s’abstenir. Pour les autres… amusez-vous.

Le film débute sur une belle scène qui met trois moments en parallèle. Une très belle scène qui alterne entre le chef préparant les sushis, Fish qui sort de prison et la « sushi girl » (Cortney Palm) qui s’installe à la table. Endroit d’où elle ne bougera plus avant la fin du film. Le principe de la « sushi girl » est appliqué dans certains restaurants chics : une femme nue est étendue sur la table et des sushis sont placés sur son corps de façon à cacher les endroits stratégiques. À mesure que le repas progresse, les invités découvrent le corps de la jolie femme.

Ce film en très divertissant et vraiment sanglant. Par contre, il est rempli des clichés du genre. D’ailleurs, à plusieurs moments, la logique laisse la place au spectacle. Un spectacle plutôt réussit d’ailleurs. Tony Todd y est inquiétant (comme toujours notamment en Candyman) et plusieurs grands noms du cinéma de série B y font des caméos (dont Danny Trejo). Bien entendu, comme la raison pour laquelle on regarde ce film n’est pas la qualité du jeu des acteurs (certains sont particulièrement mauvais : les experts en diamants), mais plutôt le côté sanglant, on peut dire que Sushi girl est très réussi. Les scènes de tortures sont dévastatrices et sanglantes à souhait. De plus, la scène finale est vraiment trippante! Le punch est bien monté et on peut se laisser surprendre. Somme toute, nous avons affaire à un film très divertissant. On pourrait même faire un lien avec les films de Tarantino des années 1990, par le style que le réalisateur apporte. Mais seulement pour le style, car les films de Tarantino sont beaucoup plus portés sur le scénario, qui est généralement très étoffé.Scène de Sushi girl

Sushi girl est donc un divertissement sanglant pour personnes averties. Vous aurez du plaisir à le regarder, malgré ses clichés et certains acteurs minables. À voir si vous aimez le genre.

Cote : 5.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *