Reviews and comments on Quebec, international and author cinema

Sexual Healing et Relative - une

[Hot Docs] Sexual Healing | Relative

Pour terminer ma couverture des Hot Docs 2022, j’ai choisi de traiter de 2 films qui abordent la sexualité. Le premier, Sexual Healing, raconte l’histoire de Evelien, une femme qui est spasmodique (spastic), et qui aimerait arriver à vivre sa sexualité. Le second, Relative, parle d’une femme qui tente de guérir les traumas d’abus sexuels qu’ont subis les femmes de sa famille sur plusieurs générations. 

Sexual Healing

« Quelqu’un a déjà dit… que l’intimité et le sexe vous rendent plus complète en tant que personne. »

Explorant pour la première fois la lingerie, les jouets sexuels et les plaisirs de son propre corps, une femme handicapée de 53 ans s’interroge sur ce que signifie pour elle l’intimité physique. Après une vie où la seule forme de toucher est essentiellement clinique, elle aspire à sa première expérience sexuelle gratifiante. Avec le soutien de ses amis, de soignants et d’une organisation néerlandaise qui met en relation des personnes handicapées avec des travailleuses et travailleurs du sexe, elle acquiert la confiance nécessaire pour enfin prioriser cet aspect de son bien-être. 

Sexual Healing - Evelien
Evelien est dans la baignoire, et expérimente le vibromasseur qu’elle a acheté

Offrant une lentille à travers laquelle nous pouvons examiner les intersections de la sexualité, du handicap et du genre, Sexual Healing est un démarreur de conversation introspectif qui apporte un éclairage indispensable à une expérience qui est trop souvent laissée de côté dans le discours social.

Se découvrir à 53 ans

Le documentaire de Elsbeth Fraanje se vit en deux temps. Dans un premier temps, il crée une sorte de malaise. En effet, nous ne sommes pas habitués à parler de la sexualité de personnes souffrantes de handicaps. Dans un deuxième temps, on découvre un film incroyablement touchant à travers une femme qui parle de ce qu’elle vit avec une grande ouverture. Le film, qui dure moins d’une heure, est construit de façon à créer une montée dramatique et d’offrir au spectateur une scène finale d’une rare intimité vue au cinéma – documentaire ou fiction confondus. 

D’ailleurs, le film commence de manière assez abrupte. Evelien peint une œuvre. À la fin, elle décide d’y ajouter une phrase qui montre son sentiment du moment. La phrase est : « (No) body fuck me ». Une honnêteté troublante. Ce film est possiblement le plus gros eye opener de l’année. 

Fiche technique 

Titre original : Sexual Healing
Durée : 55 minutes
Année : 2022
Pays : Pays-Bas
Réalisateur : Elsbeth Fraanje
Scénario : Elsbeth Fraanje
Note : 9/10

Bande-annonce

Relative 

« I’m going to be happy tomorrow. »
[Demain, je serai heureuse.]

Relative est une exploration intime et artistique de la complexité de l’identité, de la mémoire, de la peur et de l’amour. Lorsque la cinéaste Tracey Arcabasso Smith est confrontée aux abus sexuels de son enfance, elle déterre une histoire omniprésente d’abus multigénérationnels dans sa famille apparemment idyllique, la forçant à prendre une décision impossible : garder le silence et laisser le cycle continuer, ou parler et risquer de perdre la famille qu’elle aime.

Relative - image troublante

Magnifiquement nuancé et profondément personnel, ce documentaire parcourt quatre générations d’une famille italo-américaine alors que la réalisatrice déballe le traumatisme des abus sexuels répétés. 

Troublant

Relative n’est pas un simple film sur une victime d’abus sexuels. C’est avant tout une thérapie pour la réalisatrice, les membres de sa famille, et possiblement quiconque a déjà été victime d’agression sexuelle au cours de sa vie. 

On entend parfois des histoires d’agression et on se dit que c’est une horreur. Dans le genre horrible, ce film trouvera sa place dans les hauts échelons. Ce n’est pas une femme agressée par un homme, ou plusieurs femmes agressées par un homme. Ce sont une grande quantité de femmes d’une même famille abusées par plusieurs hommes de cette même famille. 

J’ai souvent dit à quel point les films de traumatismes familiaux sont insignifiants et impertinents. Dans le cas présent, je dois appeler à l’exception. C’est donc par des interviews fascinantes avec des femmes de sa famille — allant de sa grand-mère de 89 ans à des cousines — que la réalisatrice tente de percer les multiples couches du mystère familial. Elle y ajoute des séquences de films familiaux des années 1940 à nos jours, entraînant le spectateur à travers une exploration cinématographiquement intime de ce à quoi ça ressemble de briser le silence d’un traumatisme multigénérationnel, une conversation à la fois.

Relative - La grand-mère de la réalisatrice
La grand-mère de la réalisatrice

C’est aussi le film parfait pour montrer aux gens qui n’ont jamais vécu ce genre d’agression pourquoi il est si difficile de s’en sortir. Une des phrases les plus horribles de ce documentaire est : « mais je n’ai pas été violé, juste abusée sexuellement ». Et ce n’est pas une femme qui le dit. Ce sont une multitude de femmes de la famille qui le disent à différents moments dans le film. 

La réalisatrice réussit habilement à marcher sur la mince ligne qui sépare le film intime et le film de voyeurisme pour livrer un troublant témoignage qui me laisse sans voix. Ce film est dur. Dur à regarder, dur à entendre. Mais il devrait être montré à toutes les adolescentes afin qu’elles comprennent ce qu’est une agression et quoi faire. J’aimerais terminer sur une citation de la réalisatrice qui explique pourquoi elle a fait ce film. Film dans lequel ses intervenantes se sont retirées les unes après les autres pour « ne pas détruire la famille ». 

« A quest for truth was the genesis of Relative. As I began to explore memories of my own experiences of sexual abuse as a child, which I had unwittingly dismissed and buried over time, I ended up turning the camera on myself. I instinctively knew that some part of me needed to document the process to remind myself, over and over, not to downplay the severity of the incidents and that it truly wasn’t my fault. » [Une quête de vérité a été la genèse de Relative. Alors que je commençais à explorer les souvenirs de mes propres expériences d’abus sexuels dans mon enfance, que j’avais involontairement rejetés et enterrés au fil du temps, j’ai fini par tourner la caméra vers moi-même. Je savais instinctivement qu’une partie de moi avait besoin de documenter le processus pour me rappeler, encore et encore, de ne pas minimiser la gravité des incidents et que ce n’était vraiment pas de ma faute.]

Extrait

Fiche technique 

Titre original : Relative
Durée : 72 minutes
Année : 2022
Pays : États-Unis
Réalisateur : Tracey Arcabasso Smith
Scénario : Tracey Arcabasso Smith
Note : 9/10

Sexual Healing et Relavive sont présentés aux Hot Docs, du 28 avril au 8 mai 2022.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

© 2021 Le petit septième