Tom of Finland 1

Tom of Finland – Révolution sexuelle

« I fought my war »
« J’ai fait ma guerre »

Tom of Finland - AfficheConnu dans le monde entier sous le nom de Tom of Finland, l’artiste Touko Laaksonen (Pekka Strang) a façonné les fantasmes d’une génération de gays avec ses dessins férocement érotiques et tabous d’hommes tout en muscles et bourrés de testostérone. Mais qui était l’homme derrière le cuir? Le biopic de Dome Karukoski suit sa vie des tranchées de la Seconde Guerre mondiale et de la société répressive finlandaise des années 1950 à sa lutte pour faire publier son travail en Californie, où lui et son art ont finalement été adoptés, au milieu de la révolution sexuelle des années 1970. L’histoire de Tom est celle de l’amour, du courage et de la persévérance, reflétant le mouvement de libération gay pour lequel ses habits de cuir revêtus de clous ont servi d’emblème de défi.

Sélection officielle de la Finlande pour les Oscars de 2018, Tom of Finland, de Dome Karukoski, montre le combat d’un homme, mais surtout celui d’une communauté entière, pour le droit d’exister et de se montrer.

L’artiste

TOF7_Doug_(Seumas_Sargent)_ja_Touko_Laaksonen_(Pekka_Strang)_ja_Jack_(Jakob_Oftebro)_by_Josef_Persson
Touko, Doug et Jack

Touko Laaksonen était en avance sur son temps. On pourrait dire qu’il a inventé le style « cuir et gros muscles » dans l’érotisme homosexuel. Il a surtout créé son œuvre à une époque où l’homosexualité était interdite dans son pays, et punissable par l’emprisonnement. Sans oublier les coups de bâtons inutiles qui venaient au moment de l’arrestation.

Hé oui, la Finlande n’a pas toujours été en avance sur les États-Unis au niveau des droits civiques. Dur à imaginer de nos jours. Évidemment, dans les années ’50, ses dessins n’étaient pas reconnus comme de l’art, mais bien comme de la porno cheap. C’est dans les années ’70 que ses œuvres ont commencé à gagner en respect, grâce à la Californie et à la révolution sexuelle qui s’y produisait.

Une communauté, une icône

Tom Of Finland 3
L’image que Tom of Finland a rendue célèbre

Les dessins hautement érotiques de l’artiste, connu dans le monde entier sous le nom de Tom of Finland, ont façonné les fantasmes d’une génération d’hommes homosexuels influençant l’art et la mode avant de passer à la conscience culturelle. Voilà d’où vient l’image de l’homosexuel des années ’80, avec moustache, habits de cuir et gros muscles.

Mais c’est seulement lorsqu’un éditeur américain voit ses dessins et invite Tuoko sur la côte ouest que sa vie prend vraiment une nouvelle tournure. Enfin, étant capable de marcher librement et fièrement à Los Angeles, Tuoko se lance dans la révolution sexuelle, devenant une icône et un point de ralliement.

La communauté gay pouvait enfin se permettre de fantasmer!

Mais encore…

TOF8_Touko_Laaksonen_(Pekka_Strang)_näyttää_piirrustuksiaan_Kaijalle_(Jessica_Grabowsky)_by_Josef_Persson
Touko et sa soeur

Tom of Finland commence par de superbes plans dans un parc de Finlande. On comprend assez rapidement que, pour échapper au stress de la guerre, certains soldats (de tous les niveaux allant jusqu’aux généraux) s’adonnent aux plaisirs sexuels entre eux. Puis, on réalise assez rapidement que c’est non seulement mal vu, mais illégal pour deux hommes ou deux femmes d’avoir un rapport sexuel.

C’est donc par cette incursion dans un Helsinki d’après-guerre, où règne une atmosphère hautement homophobe et de persécution, que l’on découvre Tuoko qui trouve refuge dans son art. Il gardera son secret jusqu’à la fin des années ’70, alors qu’il est déjà une icône en Amérique et un peu partout dans le monde. Une très belle scène nous le montre, lorsqu’il révèle son secret à sa sœur. Elle qui croit que l’homosexualité est une maladie qui finira par disparaitre s’il se trouve une femme. Triste réalité que de devoir garder un tel secret toute sa vie.

Tom of Finland dessin
Un des dessins de Tom of Finland

Karukoski amène à l’écran la vie et l’œuvre de l’une des figures les plus influentes et les plus célèbres de la culture LGBTQ du XXe siècle. Ses illustrations faites au graphite, et donc en teintes de gris, représentaient souvent des hommes en uniforme avec une musculature et des organes génitaux exagérément gros, exécutant ou suggérant des activités sexuelles.

C’est un portrait trop longtemps attendu d’un célèbre artiste, mais c’est aussi, au fond, une histoire d’amour. Touko Laaksonen, décédé en novembre 1991, a vécu une vie vraiment incroyable et ce film en est, je crois, à la hauteur. Il est d’ailleurs en sélection officielle au Tribeca International Film Festival 2017.

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *