The Honor Farm - scène

The Honor Farm – Rêve américain

Le bal des finissants, un rituel obligé…

The Honor farm - afficheLorsque la soirée du bal des finissants de Lucy (Olivia Grace Applegate) s’effondre, elle se retrouve à se joindre à un groupe de filles qui se promènent dans un corbillard pour une soirée psychédélique dans les bois. À la recherche d’un frisson, la fête se poursuit plus profondément dans la forêt, dans une ferme de travaux pénitentiaire hantée. Un vœu secret et une convocation des morts envoient le groupe dans un voyage lugubre qui est peut-être un piège dangereux.

La robe de soirée, la mise en plis, la limousine, le cavalier : autant d’éléments qui constituent le bal des finissants, cet incontournable rituel de passage vers l’âge adulte. Mais ce rituel vient évidemment avec des attentes. Aux États-Unis, en particulier au cinéma, cette soirée semble inévitablement venir avec la perte de la virginité de la gentille fille. Ici, comme pour beaucoup de gens, la soirée ne sera pas à la hauteur des attentes.

Voilà donc Lucy et Annie qui acceptent l’invitation de Laila pour un trip de champignons magiques en forêt, dans une prison agricole désaffectée et supposément hantée : The Honor Farm.

De beaux effets

Honor farm - Beau visuel
Lucy (Olivia Grace Applegate)

Dès les premiers plans, on voit une belle image, bien travaillée. Les couleurs sont magnifiques et les plans donnent espoir.

Puis arrive la fameuse Honor farm dans laquelle les jeunes s’engouffrent. À ce moment-là, on passe de ces belles images enchanteresses à une vision glauque et lugubre. Dans certains plans, on a l’impression que les murs bougent, prennent vie. Dans d’autres, ce sont des ombres qui se dessinent sur les murs et les planchers, causant des frissons.

Les effets visuels sont vraiment très réussis. C’est là le point fort du film de Karen Skloss.

Confusion

Honor farm 2
Annie, Lucy et son copain

Malheureusement, ça s’arrête là. Le film est confus. Mais pas une confusion qui déroute le spectateur afin de mieux le surprendre. Simplement de la confusion. La réalisatrice ne semble pas savoir plus que nous où s’en va cette histoire. C’est dommage, car bien que les dialogues n’ont rien de merveilleux, le film était tout de même prometteur. En acceptant de me laisser embarquer dans ce film de genre, je m’attendais à être trimbalé dans un univers effrayant. Et je dois avouer que j’étais confiant après la première moitié du film.

Mais lorsqu’embarque les séquences de rêve/fantasme/on ne sait trop quoi, tout dérape. Et la fin arrive de façon tout aussi confuse et abrupte. Peut-être qu’un 15 minutes de plus aurait permis à The Honor Farm de gagner en qualité…

Mais encore…

Honor farm - Le bal
Lucy et son copain lors du bal

Ce long métrage coscénarisé par Skloss et sa fille, une adolescente, vous amènera dans un monde angoissant, voire terrifiant : la fin de l’adolescence…

Il est intéressant d’avoir, pour un film mettant en scène des ados, la vision d’une adolescente. D’ailleurs, il plaira possiblement à ce groupe d’âge.

Par contre, ce que les jeunes savent à propos de l’écriture n’est peut-être pas suffisant pour créer un grand film. En tout cas, pas dans le cas de The Honor Farm.

Note : 5.5/10

* Le film sera projeté à Fantasia les 15 et 17 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *